Installation de Meteor et création d’une 1ère application

L’objectif étant d’installer la plateforme Meteor pour développer et propulser une application Javascript, il me fallait en premier lieu un serveur. Après de nombreuses recherches, j’ai opté pour l’offre VPS Classic d’OVH. Me voilà donc avec un serveur virtuel sous Ubuntu 14.10 server 64bits loué 1,99€ HT/Mois. A priori, une bonne offre le temps de la phase de tests.

OVH fournit une interface permettant de piloter le serveur : arrêt/redémarrage, changement de la version de Linux, console, etc. Naturellement, j’ai également reçu par mail, l’adresse du serveur ainsi qu’un mot de passe pour le profil root. Voilà voilà. Bon ben, y’a pu qu’à attaquer!

Avant de démarrer, pour ceux qui ne conçoivent l’informatique que par des écrans graphiques… passez votre chemin. Tout va se passer dans une console, sur une ligne de commande ! Bon rassurez-vous, c’est pas bien compliqué. Comme indiqué ci-dessus, OVH fournit une console. Elle est suffisante mais peut-être limitée dans certains cas. Je vous propose donc d’installer avant toute chose le logiciel VX ConnectBot. Je travaille sous Android, vous trouverez cette appli dans le Play Store. Il y en a bien sûr d’autre sous Android, iOS, Windows, etc. Celle-ci me satisfait bien.

Nous voilà donc avec une console connectée au serveur. Pour cela, il vous faut l’adresse du serveur, le profil root (profil système) et son mot de passe. A ce stade, impossible d’installer quoi que ce soit ; les packages indispensables ne sont pas encore en place. Lancez donc la commande suivante :

sudo apt-get update
(les versions les plus récentes de Linux acceptant sudo apt update ; pour plus d’informations, je vous laisse consulter les nombreuses documentations disponibles sur Internet)

Suite à cette commande, tout un tas de lignes défilent pendant un certains temps. Laissez la mise à jour du système se dérouler. Il nous faut ensuite installer le package de l’utilitaire « curl ». Tapez donc :

sudo apt install curl

Nous pouvons maintenant installer Meteor. Il ne s’agit pas simplement d’un framework mais d’une plateforme complète de développement. La commande suivante va donc installer le framework Meteor mais également un système de lignes de commande, le serveur NodeJS ainsi que la base de données MongoDB. Pour mettre en place tout cela, tapez :

curl https://install.meteor.com/ | sh

Et voilà ! A y est ! Tout est en place… ou presque, nous verrons ce qui manque dans d’autres articles. En attendant, nous allons voir comment démarrer le serveur et créer une première application. Comme vous allez le constater, cela est extrêmement simple avec Meteor. Revenez sur la ligne de commande et tapez :

meteor create monappli

Cette commande crée une application de démo dans le dossier monappli. Celui-ci contient le code source de l’application ainsi qu’un dossier caché contenant tout le paramétrage d’exécution. Placez-vous dans le dossier monappli par la commande :

cd monappli

et lancez-la avec la commande :

meteor

Cela démarre les serveurs Meteor et MongoDB. Vous pouvez alors visualiser l’application sur votre navigateur web préféré à l’adresse suivante :

http://adresse_du_serveur:3000

Vous obtenez ainsi une application basique qui se contente d’incrémenter un compteur à chaque fois que vous cliquez sur le bouton. C’est très simple et cela ne montre pas toute la puissance de Meteor mais cela suffit pour tester le serveur. J’aborderai toutes les possibilités et les avantages de cette plateforme de développement dans de prochains articles.

La suite au prochain épisode.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s